Accueillir un enseignant formé hors Québec dans mon établissement

Ci-dessous vous trouverez les recommandations formulées dans le cadre d’un projet entre l’UQAM et certaines écoles secondaires de la CSDM. Merci à M. Réginald Fleury, conseiller pédagogique en relations interculturelles, pour ce partage de résultats. Le texte intégral est disponible auprès de M. Fleury.

Comment accueillir un nouvel enseignant formé hors Québec dans mon établissement?
L’intégration est un processus réciproque qui nécessite des efforts autant du nouvel enseignant que de l’équipe-école. En tant que leader de cette équipe, vous avez une part non négligeable de responsabilité dans l’intégration d’un enseignant nouvellement arrivé non seulement à l’école, mais aussi au Québec. Quelques pratiques gagnantes: Mettre en place des pratiques d’accueil et d’intégration professionnelles efficaces et durables. / Encourager le jumelage du nouvel enseignant à un enseignant accompagnateur. / Faire preuve de patience dans l’accompagnement d’un enseignant qui doit s’approprier la culture de sa nouvelle école, mais aussi la culture scolaire québécoise. / Résister aux jugements rapides qui favorisent la confusion entre processus d’adaptation et incompétence. / Faire preuve d’ouverture envers les pratiques éducatives des enseignants immigrants, tout en favorisant leur conformité avec les compétences professionnelles en enseignement. / S’intéresser au bagage professionnel et aux référents éducatifs des enseignants nouvellement arrivés au Québec. / S’intéresser au bagage culturel et au parcours migratoire des enseignants nouvellement arrivés au Québec.
Comment aider un enseignant à améliorer sa gestion de classe?
Dans l’analyse de la gestion de classe d’un enseignant immigrant, il faudra tenir compte du fait que celui-ci doit notamment s’adapter à un milieu scolaire différent de celui où il a grandi et s’adapter à la diversité de la population scolaire montréalaise. Il devra peut-être aussi faire face à certains préjugés à cause de son accent, de son groupe ethnique ou de sa religion. Quelques pratiques gagnantes: Jumeler le nouvel enseignant à un enseignant accompagnateur. / Planifier des rencontres régulières afin de créer un espace de dialogue professionnel indépendant des problématiques pouvant être vécues. / Proposer et organiser des périodes d’observation des pairs ou de l’accompagnateur. / Accompagner le nouvel enseignant de façon à favoriser sa confiance en ses compétences et sa capacité d’adaptation. / Si ce n’est pas déjà fait, inviter le nouvel enseignant à participer aux activités de formation du programme d’insertion professionnelle.
Comment aider un enseignant à s'approprier les pratiques éducatives québécoises?
Un enseignant formé à l’étranger dont la formation est reconnue par le MEES se verra octroyé un permis d’enseigner. Afin d’obtenir le brevet, l’enseignant devra suivre une série de cours universitaires. Il faudra faire attention de ne pas avoir des attentes plus élevées envers un enseignant immigrant qu’envers l’ensemble de l’équipe-école. Quelques pratiques gagnantes: Présenter le projet éducatif de l’école basé sur les valeurs de l’école québécoise. / Encourager le jumelage avec un accompagnateur IPE. / Faciliter l’accès au service de conseillance pédagogique de la CSDM à l’enseignant qui en fait la demande. / Favoriser la collaboration au sein de l’équipe-cycle ou équipe disciplinaire. / Si pertinent, l’inviter à suivre les cours universitaires nécessaires à l’obtention du brevet d’enseignement. / S’assurer d’utiliser le formulaire approprié (T110 ou T 148) pour l’évaluation de l’enseignant afin de ne pas retarder l’obtention de son brevet.
Comment apprendre des chocs culturels?
En milieu scolaire, le choc culturel peut se retrouver dans plusieurs situations, par exemple les salutations, les rapports entre enfants et adultes, les méthodes disciplinaires, les comportements linguistiques ou la place de la religion dans la vie et dans l’espace public. Pour apprendre des chocs culturels, il est nécessaire d’amorcer un dialogue interculturel, lorsque les occasions se présentent.
Comment réduire les tensions au sein de mon équipe école?
Au Québec, comme ailleurs en Occident, les discriminations, les diversités religieuses, linguistiques ou ethniques et les vagues migratoires sont parfois au cœur de tensions sociales. Il serait illusoire de croire que le milieu scolaire, son personnel et ses élèves sont à l’abri de ces tensions. Quelques pratiques gagnantes: Organiser des activités sociales régulières et favoriser la participation du plus grand nombre de membres de l’équipe école afin de créer des relations interpersonnelles positives. / Faire preuve d’une ferme intolérance envers toute forme de discrimination. / Favoriser un dialogue inclusif au sujet de problématiques touchant l’établissement, son personnel, ses élèves ou ses parents.