Enseignants formés hors Québec

Ci-dessous vous trouverez les recommandations formulées dans le cadre d’un projet entre l’UQAM et certaines écoles secondaires de la CSDM. Merci à M. Réginald Fleury, conseiller pédagogique en relations interculturelles, pour ce partage de résultats. Le texte intégral est disponible auprès de M. Fleury.

Comment m’intégrer à mon équipe-école?
En tant que nouvel enseignant, non seulement à l’école, mais aussi au Québec, vous avez une part importante de responsabilité dans votre propre intégration. Les défis seront nombreux et les ressources pour vous aider à y arriver aussi. Quelques pratiques gagnantes: Rester serein et confiant même dans un milieu qui peut paraître difficile au premier abord. / Faire preuve d’ouverture envers les pratiques éducatives de l’école tout en s’appuyant sur son propre bagage professionnel. / Résister à l’isolement et ne pas céder aux frustrations du deuil migratoire. / Oser parler de soi, de sa réalité et de sa culture avec les collègues d’origine québécoise.
Comment faire pour améliorer ma gestion de classe?
L’une des particularités de l’école québécoise est la façon de vivre la relation enseignant-élève. La gestion de classe n’équivaut ni à une discipline rigide et punitive, ni à un système d’émulation basé sur les récompenses. Il faut établir et communiquer aux élèves des attentes claires relatives à leurs comportements, leur attitude envers les autres et leur engagement face aux apprentissages. Quelques pratiques gagnantes: Entretenir une relation de confiance avec la direction ou la direction adjointe afin de favoriser les échanges dans toutes circonstances. / Chercher la collaboration d’enseignants de toutes origines et toutes disciplines pour trouver des modèles diversifiés de gestion de classe. / Faire appel aux ressources professionnelles de l’école. / S’engager dans un processus de formation continue sur la gestion de classe par des formations et des lectures pertinentes et actuelles.
Comment m’approprier les pratiques éducatives québécoises?
Force est de reconnaître que pour l’enseignant immigrant, faire preuve de ses compétences est doublement important. En ce sens, prouver sa compétence doit passer non seulement par la gestion de classe, mais surtout par la maîtrise du Programme de formation de l’école québécoise, ainsi que de tous les documents prescriptifs qui s’y rattachent. Quelques pratiques gagnantes:  Lire, s’informer, se documenter, rencontrer un conseiller pédagogique afin de bien saisir ces pratiques. / Discuter de nos façons de percevoir les pratiques éducatives québécoises en jouxtant ses propres pratiques afin de s’approprier celles-ci, mais en y ajoutant sa touche personnelle. / Observer des collègues dans leur classe et discuter de nos observations par la suite. / S’approprier les ressources prescriptives (programmes de formation, progressions des apprentissages, cadres d’évaluation) et se tenir à l’affût des nouveautés.
Comment créer des collaborations avec les parents?
L’école québécoise vise à développer une communication de qualité avec les parents et à favoriser un partenariat école-famille dans l’intérêt de l’élève. Cela implique qu’on aura d’une part des parents très impliqués qui seront peut-être très exigeants envers l’école et les enseignants. D’autre part, il faudra parfois faire des efforts auprès de certains autres parents pour établir une collaboration. Ainsi, on aura parfois affaire avec des parents qui se sentent dépassés par les difficultés de leur enfant ou qui saisissent mal leur rôle dans sa réussite scolaire. Quelques pratiques gagnantes:  Considérer les parents comme des partenaires. / Accorder un respect mutuel. / Commencer chaque rencontre ou communication en apportant des commentaires positifs sur l’élève. / Éviter de poser un diagnostic, d’étiqueter ou de catégoriser un élève. / Accueillir calmement les réactions émotionnelles. / Éviter de vous montrer sur la défensive et de chercher un responsable ou de culpabiliser le parent.
Comment apprendre des chocs culturels?
En milieu scolaire, le choc culturel peut se manifester dans plusieurs situations, par exemple les salutations, les rapports entre enfants et adultes, les méthodes disciplinaires, les comportements linguistiques ou la place de la religion dans la vie et dans l’espace public. Pour un enseignant qui découvre l’école québécoise, il est important de développer des relations de confiance avec des collègues québécois.  Quelques pratiques gagnantes pour apprendre des chocs culturelsAmorcer un dialogue interculturel dans toutes les occasions qui se présentent./ Vivre un choc culturel positif en découvrant une différence. / Dépasser la surprise que peut causer cette découverte et laisser libre cours à la curiosité. / Questionner d’autres personnes qui pourraient connaitre cette différence (collègues, amis, élèves partageant la même culture d’origine).